Partenaires

Présentation du CNRS Présentation de l′Université Faculté de Pharmacie


Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Équipes de recherche > Pharmacognosie - Chimie des Substances Naturelles > PoMaRé « Invertébrés benthiques de Polynésie, Martinique et Réunion : interactions et évaluation de la chimiodiversité pour un usage durable de la biodiversité »

PoMaRé « Invertébrés benthiques de Polynésie, Martinique et Réunion : interactions et évaluation de la chimiodiversité pour un usage durable de la biodiversité »

BioCIS (l’équipe « chimie des substances naturelles ») est partenaire du projet ANR PoMaRé « Invertébrés benthiques de Polynésie, Martinique et Réunion : interactions et évaluation de la chimiodiversité pour un usage durable de la biodiversité » (2012-2015) sélectionné lors de l’appel d’offre international NetBiome.

Les ressources marines de sites et d’habitats sélectionnés de trois départements et territoires d’outre mer français répartis dans trois océans du monde représentent un véritable coffre au trésor qui reste à découvrir et à comprendre. L’objectif de ce consortium qui réunit toute l’expertise et les moyens techniques nécessaires à ce projet, est d’explorer la biodiversité et la chimiodiversité des invertébrés marins pour les valoriser tout en agissant pour leur protection. L’approche d’écologie chimique proposée dans ce projet est mise en adéquation la valorisation des molécules et de leurs activités biologiques. La chimie des produits naturels est en effet, un formidable outil interdisciplinaire qui peut allier les applications biotechnologiques et la protection des écosystèmes. Une attention particulière sera portée sur les éponges et les coraux, ceux-ci étant particulièrement importants dans les écosystèmes coralliens. De plus, les spongiaires sont des candidats de choix pour la recherche de nouvelles molécules actives, et nous nous intéresserons ici à la valorisation des molécules naturelles marines dans les domaines de la pharmacie, de la cosmétologie, de l’industrie locale comme la perliculture ou la restauration de certains invertébrés marins.

Ciblé sur les invertébrés fixés, l’esprit de ce projet est de rationaliser l’échantillonnage, les travaux de terrain et les études chimiques de telle façon que les résultats puissent être utilisés de façon interdisciplinaire. La chimie des produits naturels, l’écologie chimique, la chimiotaxonomie et la recherche de molécules actives sont étroitement liées. Les objectifs de notre projet visent à caractériser et à conserver la biodiversité par les méthodes de séquençage et de conservation durable du patrimoine génétique, mais aussi par l’élaboration de synthèses biomimétiques. Ces objectifs nécessitent l’élaboration d’une base de données commune aux différentes actions : échantillonnage, profilage chimique, analyse métabolomique et activités biologiques dans l’écosystème mais aussi sur des cibles d’intérêt thérapeutique. Cette base de données sera accessible en ligne aux membres du consortium, décideurs et partenaires économiques.

La synthèse biomimétique offre une possibilité de production des molécules retenues pour leurs propriétés biologiques dans les domaines étudiés sans avoir à recourir à la ressource naturelle vivant dans des écosystèmes menacés. Le maintien de cette compétence à un bon niveau mondial par la formation et la pratique permet de résoudre des problèmes de préparation de métabolites parfois complexes. En effet, dans la plupart des cas, les ressources marines ne peuvent produire les quantités de métabolites nécessaires pour une production industrielle respectueuse de l’environnement. La chimie « verte » est une voie possible pour la production durable des molécules d’intérêt : les études de métabolomique permettent les premières réflexions pour l’élucidation des voies de biosynthèse et de les transposer dans des synthèses dites biomimétiques de molécules naturelles complexes. Il est donc important d’isoler et de caractériser les métabolites de manière exhaustive afin de mettre en perspective les chemins biosynthétiques.

Le projet démarrera dès que possible sur des collections existantes d’organismes marins et se poursuivra sur de nouvelles récoltes dans chaque département ou territoire d’outre mer.

Lien ANR